CE FORUM FERME: INSCRIVEZ VOUS SUR http://newforez.cistes.net


L'écriture est désormais verrouillée, seule la lecture reste permise.

 Bienvenue Invité ( Connexion | Inscription )

Aide | Recherche | Membres

 
Votre grand feuilleton de l'été, 6 troubadours en quête de hauteur
« Sujets Anciens | Sujets Récents » Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet
pierre
  Ecrit le: samedi 31 juillet 2004, 23:14


Membre Majeur de l'Ordre de la Pie


Groupe: Membres
Messages: 916
Membre N°: 103
Inscrit le: 04-août 03



Six troubadours en quête de hauteur.

Aventures en Provence.

A notre Bon Roi, au Comte Robert d’Artois, à notre évêque Pierre de Limoges, et à tous ceux qui nous lirons...

******************************************************************************************

I. L’arrivée. Où comment il nous fut impossible de chercher les écrins des Beateles.


Revenant de Provence avec le Pape Urbain
Je viens vous raconter les aventures étranges
D’un homme qui, là-bas, agit secrètement
Et cache en cent lieux de multiples écrins.
Il a, comme vous, Comte, cachettes étonnantes...
Quittant sur ordre exprès de notre Pape pieux
La Belle Bretonnie pour le fief Provençal
Nous arrivâmes ensemble en ville d’Avignon
Quinze pages scellées nous attendaient là-bas
Nous lûmes avidement et attentivement
Les messages codés du Sieur Laserlaser
Ils nous conduisaient en des endroits divers
Et nous organisâmes un bel itinéraire.
Au centre de la plaine nous montâmes le camp
Prêts à partir sur l’heure dans les coins et recoins.
Ce lieu nous permettait de chercher les écrins
Du plus proche au lointain, à travers les chemins.
Au retour de chasses plus ou moins productives,
Nous décidions du lieu où nous irions très tôt.
Levés vers les dix heures sous un soleil de plomb
Nous plongions, habillés de sobres vêtements
Dans le trou d’eau creusé dans le centre du camp.
Nous avons souvenir de notre adoubement
Dans l’immense baignoire de votre Bretonnie.
Un jour il nous parvint un ordre écrit du Pape
Nous demandant d’agir avec rapidité
Il fallait en trois heures trouver sept beaux écrins
Cachés dans un massif aux flancs du Lubéron.
Le Pape avait trouvé le circuit qui devait
Nous mener à travers falaises et rochers
Vers un nouveau nectar de nous autres inconnu.
Je conduisais le char tiré par nos quatre bœufs,
Mes compagnons marchaient en claquant leurs sabots.
Un vent fort et glacé nous prenait à la face
Et quand nous arrivâmes sur la place publique
Nous trouvâmes le char des Compagnies du Roi
Il portait au sommet une lanterne rouge
Qui faisait très grand bruit comme notre Bon Roi.
Au centre de la place un échevin dressé
Expliquait à la foule qu’il était défendu
De s’aller marauder dans ces coins de forêts
Car des torches pouvaient enflammer les pinèdes.
Nous vîmes l’arrêté interdisant l’accès
Aux sept écrins laissés par Sieur Laserlaser.
Par bonheur la carrière où chantent les trouvères
Nous permit d’accéder au premier dromadaire,
L’emblématique signe du prolixe cacheur.

***************************************************************************

II. Les villages perchés ou comment le Comte de Provence s’enrichit.
De la difficulté de le nommer.

Au retour nous passâmes à travers des villages
Où tous les échevins avaient mis des péages
Aux portes des châteaux pour les voitures à bœufs
Et sans nous arrêter nous contemplions d’en bas
Forteresses dressées sur ces hauts contreforts.
On dit qu’elles appartiennent à un homme altier,
Raymond Le Ténébreux, qui jamais ne paraît.
Des luttes intestines entre les Baux et lui
Entretiennent la guerre pour un non pour un oui
Si nous avions le choix, nous prendrions le camp
De ceux qui se choisirent pour devise les mots :
« Au hasard Balthazard », mais comme nous venons
De lointaines régions, nous préférons nous taire,
Ainsi nous ne roulons pour aucun prétendant.
Il faudrait envoyer ici un émissaire
Venu de Bretonnie ou du Parisii
Ou d’ailleurs, peu importe, pourvu que l’on décide
Qui mérite le nom de Comte de Provence.
Le Pape préviendra notre Roi généreux
Pierre le Saint Evêque nous a donné mission
De cacher des écrins à l’entour des chapelles
Aussi avons-nous mis quelques menus objets
Pour qu’ils soient déposés dans les petits endroits
Que le feu n’atteint pas et qu’ils reposent en paix.
Après notre grand bain, nos bourrées, nos festins
Nous avons fait le tour de gentils oratoires
Et quatre écrins sont prêts pour être découverts
Par tous ceux qui viendront à l’entrée de l’hiver.
Les uns sont pour la Dame et les autres pour Pierre
Et, à travers les siècles ils gardent souvenir
De nos bœufs, de nos chants, de nos marches forcées.






III. Saint LaserSaintPunt, ou comment nous entendons parler de l’Indienne.

D’autres étaient passés dans ce coin désolé
Nous mîmes très longtemps à découvrir la boîte
D’une célèbre Dame aux sabots de velours
Au visage couvert d’énigmatiques empreintes
Qui court sur la crête vêtue d’une jupette
En peau de daim musqué aux larges échancrures
Le buste recouvert de grands colliers de perles
Représentant deux saints homologués douteux
Par le Pape très Pieux à qui nous découvrîmes
Ce qu’il nomma totems frappés de l’hérésie.
Ceux qui la virent agir dirent qu’elle fumait
Des pipes appelées « calumets de la paix ».
Capable d’escalade sans filins ni cordages
Elle s’élance gracieuse entre les cheminées
D’ocre rouge et d’argile fréquent en ces contrées.
Notre trésor grossit d’un étrange fétiche
Qui du nom de Mario plut fort à Archambault
En vous parlant de lui, il faut pour être honnête,
Conter les aventures qui lui sont arrivées.

***************************************************************************

IV. La Falaise du Seigneur de Muzle. Où dame Chantefort fut sauvée de la mort.

Sur la haute falaise où Sieur Laserlaser ,
L’Argonaute, Sieur Bolet, laissèrent des messages,
Nous trouvâmes la Dame, objet de votre quête.
Qui chantait aussi bien que dix mille cigales,
Perdue dans la garrigue, elle errait solitaire.
Son tailleur de coutil à rayures écossaises,
Lacéré par les pins était tout déchiré.
Archambault découvrit son turban bleu turquoise.
Nous la vîmes tenant un chapelet Romain
Et hurlant en latin des cantiques divins.
Nous étions sidérés dans l’immensité bleue
Et tentâmes une approche avec un air serein.
Mais, lorsqu’elle nous vit, elle crut voir le Malin
Et tenant dans la main la croix de Bethléem
Elle nous la présentait pour chasser les esprits.
Plus nous nous approchions et plus elle reculait.
Nous la vîmes soudain disparaître en un trou
Indiqué sur le plan du Seigneur de Muzle
Qui nous avait mené sur l’immense falaise
Dominant le village, au milieu des lavandes.
Il s’en fallut de peu que la Dame s’efface
Seuls ses bourrelets la sauvèrent du trépas,
Pieds pendants dans l’abîme, la moitié de son corps
Apparaissait encore. Il fallut encorder, arrimer cette forme,
En tirant fortement nous pûmes la sauver.
Las alors ! Que fit-elle ? Elle se mit à chanter
Des Veni Creator et des Miserere.
Nous la laissâmes là car, sans remerciements,
Elle nous signifia de partir rondement.
♪♫ ♪♫♪♫ ♫♫♫♪♪ ♥♣ ♫♪♪♪♪♪♪♫♫♫♫☺%@ ♪♪♪♪♪♫♫♫


V. La Falaise du Seigneur de Muzle. Une étrange inscription et ce qui arriva à Archambault.

Sur le même chemin nous trouvâmes la boîte
Des signes avaient été laissés par l’Argonaute
Je vous les communique en lettres majuscules : LFPT.
Nos érudits travaillent à en saisir le sens,
Nous ne comprenons pas. Seule cette Faujeton,
Marchant avec nous depuis la Bretonnie
Courtaude et mal vêtue peut, lorsque les écrins
Sont cachés bien au fond, les extraire des trous.
Dans cette cache obscure, derrière une fontaine
Bravant les araignées, les serpents, les scorpions
Qu’en outre elle ramasse pour en faire des tisanes
Elle passe le corps et peut récupérer
Une part du Trésor que notre corpulence
Nous empêche d’extraire malgré coups de battoirs
Je passe sur le fait qu’un antique lavoir
Disparut promptement de ce riant pays.
Quand nous rentrons au camp où de savants joueurs
Passent l’après-midi à pointer, à tirer,
Nous plongeons dans le bac et nous les rejoignons
Bernard est attiré par ce jeu de tactique
Il lance des boulets jusqu’au sommet des arbres
Archambault, encore lui, en prit un sur la tête
Et depuis ce jour là ses yeux sont de travers
Il voit deux Faujetons, et, au bras de chacune
Il rejoint sa chambrée sous la voûte étoilée.

Fin du Premier Episode.


***************************************************************************

 
    Top
0 Utilisateur(s) sur ce sujet (0 Invités et 0 Utilisateurs Anonymes)
0 Membres:
0 réponses depuis le samedi 31 juillet 2004, 23:14 Suivre ce sujet | Envoyer ce sujet | Imprimer ce sujet

<< Retour vers Océanie

 




[ Temps d'Exécution du Script: 0.0256 ]   [ 12 requêtes utilisées ]   [ GZIP Activé ]